Le monde n'a plus rien de ce qu'il était avant...Utilisé comme test, le Japon est pris en otage par les Kiras. Mais qui s'en plaindrait?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 A la terrasse d'un café [NAMI]

Aller en bas 
AuteurMessage
Matsuyama Eikichi
Pro-Kira
Matsuyama Eikichi

Messages : 54
Date d'inscription : 21/08/2009
Localisation : Dans un café, plouf.

A la terrasse d'un café [NAMI] Empty
MessageSujet: A la terrasse d'un café [NAMI]   A la terrasse d'un café [NAMI] EmptyLun 28 Sep - 12:22

Il était près de midi lorsqu'Eikichi s'installa à la terrasse de son troisième café préféré.

Les tables du Little Lamplight se remplirent peu à peu d'âmes affamées. Le plat du jour se voyait réclamé par toutes les lèvres, excepté celles du journaliste qui dégustait sa boisson fétiche. Il était trop absorbé par son travail pour tenir compte des gargouillis incessants de son estomac. Ses doigts lâchaient parfois sa tasse et parcouraient le clavier d'un vieux toshiba, immortalisant les idées qui lui traversaient l'esprit. Les caractères suivaient sur l'écran et meublaient les colonnes d'un journal. Cet article paraîtrait le lendemain matin et serait lu dans tout Tokyo.

Travailler à l'extérieur n'était pas dans ses habitudes. Il DÉTESTAIT être lu par dessus son épaule... d'abord, ses nouvelles perdaient tout de leur exclusivité. Et puis n'importe quel japonais pouvait reconnaître sa plume avec un peu d'jugeotte. Tous ne mourraient alors que d'une envie: parler de Kira avec son porte-parole. Or, polémiquer avec ces têtes de mules obnubilées par des lois sur lesquelles Eikichi n'avait absolument aucune autorité était bien la dernière chose qu'il souhaitait en cette matinée glaciale. C'est donc naturellement qu'il s'isola dans l'angle de la terrasse, c'est-à-dire à l'écart de la clientèle réfugiée dans l'enceinte du restaurant, au chaud.

Ce bistrot avait de bons sièges et servait des cafés serrés. Eikichi les aimait beaucoup, ces cafés. Il en était à son cinquième. Avec les deux cafés consommés plus tôt en compagnie de Masumi, ça faisait sept. Un score honorable pour une journée à peine commencée. Il avait fait bien pire.

« Euh... excusez-moi? » hésita une voix féminine dans son dos.

Eikichi soupira. Et voilà, on l'interrompait dans son boulot... quelle sans gêne!
Il tourna la tête vers la demoiselle qui lui adressait la parole et attendit la suite dans un silence tendu. Sa main droite déplaça discrètement sa souris dans le coin supérieur droit de l'écran pour rabattre la fenêtre. Trop tard – son masque de journaliste était déjà tombé.
« Vous êtes Sawada Ikki, pas vrai? reprit-elle. J'ai une question sur le couvre feu... mon frère a-
Mais le grand blond ne laissa cette indésirable terminer sa phrase. Il prit une intonation sarcastique et trancha: Service après vente Kira j'écoute? Oh désolé, c'est un faux numéro.
- Mais...
- Pour la 283ième fois ou presque: je ne suis PAS la hot-line de Kira. Le couvre-feu n'est pas NON PLUS négociable. Si vous avez des questions, faites comme les autres: ouvrez un blog. »


Eiki rabattit l'écran de son portable sur le clavier et se leva en pestant contre la femme. Il glissa l'ordinateur sous son bras, déposa un pourboire sur sa table et fila sans attendre de réplique. Seulement voilà: en tournant les talons, le journaliste percuta de plein fouet un client à l'approche du café. Il se rattrapa au dossier d'une chaise: « Ah, désolé. »



Dernière édition par Matsuyama Eikichi le Dim 11 Oct - 17:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yamaguchi Nami
Membre de l'OAK
Yamaguchi Nami

Messages : 73
Date d'inscription : 21/08/2009
Localisation : Quelques part à lutter contre la tyrannie.

A la terrasse d'un café [NAMI] Empty
MessageSujet: Re: A la terrasse d'un café [NAMI]   A la terrasse d'un café [NAMI] EmptyMer 7 Oct - 16:17

Midi, l’heure ou des centaines de milliers de travailleur du Japon se pressaient hors de leur lieu de travail pour chercher l’évasion et remplir leur ventre affamé. Pour Nami, nouvelle recrue du monde sérieux des adultes, du moins, officiellement (car en fait, avec ses activités extra scolaire, il en faisait parti depuis longtemps), ça ne faisait pas exception. Il n’avait qu’une heure pour manger, comme la plupart des gens. En général, par sa nature un peu antisociale et maniaque du travail, il préférait se faire un bento et le manger en travaillant. La plupart du temps, ses dossiers le tenaient si occupé sur tous les plans de sa vie, autant parce qu’il y était lié par son travail mais aussi psychologiquement, parce qu’il s’y attachait lui-même, émotivement, que c’était presque impossible de l’en faire décrocher. Nami préférait de loin le calme du cabinet d’avocats aux ambiances surchargées de l’extérieur, c’était beaucoup plus approprier pour se concentrer.

Cette journée là ne faisait pas exception à la règle. Il avait bien mangé son bento au travail, comme il le faisait toujours, en continuant ses recherches. Cependant, son patron était venu le voir et lui avait dit poliment qu’il devrait aller faire un tour à l’extérieur, qu’il n’avait rien contre le fait qu’il soit un travailleur persévérant et motivé, que c’était même pour ça qu’il avait été engagé malgré son très jeune âge, mais qu’il ne pouvait pas se permettre que le syndicat lui tombe sur le dos parce qu’il faisait trop travailler ses nouveaux employés. En somme, on lui avait dit de travailler moins.

Au souvenir de cette discussion, Nami soupira. Le monde n’était décidément pas ce qu’il devrait être. Il s’en moquait bien, de travailler gratuitement pendant son heure de dîner, c’était ce qu’il aimait faire. Et là, il était forcé d’aller se balader à l’extérieur par cette froide journée d’automne, et il n’avait aucune idée de ce qu’il pouvait bien faire pour occuper ces 45 minutes qui lui restait avant de pouvoir retourner travailler sur son dossier.

Le téléphone cellulaire dans sa poche se mis à vibrer doucement. Nami l’en sortit et consulta le message texte qu’il venait de recevoir.

« Salut Nami ^0^ C’est Kaooooo!! Maman m’a acheté un nouveau téléphone, tu peux effacer l’ancien MDR!! J’espère que tu t’amuses bien à ton travail!! Je m’ennuis de toi!! @+++ »

Nami sourit malgré lui. Son cousin…il avait quoi, maintenant, 17 ans? Il agissait bien comme un adolescent… comportement que lui-même n’avait jamais eu mais disons simplement que le chef de la O.A.K. n’avait jamais été un adolescent typique. Le blond releva la tête assez tôt pour voir l’homme qui se retournait sans faire gaffe où il allait. Seulement, le délais fut trop court pour permettre à Nami de l’éviter et il recula de quelques pas sur le trottoir alors que l’autre se retenait sur une chaise.


« Ça va, pas de mal. » fit-il avec un sourire qui se figea lorsqu’il reconnu l’individu qui se trouvait devant lui. « Décidément, les cafés semblent nous porter chance pas vrai? » Déclara-t-il en se demandant si Eikichi allait le replacer dans sa mémoire. Lui, il n’avait pas pu oublier le journaliste, évidemment… il était partout, depuis qu’il était le porte-parole de Kira…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dn-revival-v2.forumactif.org
Matsuyama Eikichi
Pro-Kira
Matsuyama Eikichi

Messages : 54
Date d'inscription : 21/08/2009
Localisation : Dans un café, plouf.

A la terrasse d'un café [NAMI] Empty
MessageSujet: Re: A la terrasse d'un café [NAMI]   A la terrasse d'un café [NAMI] EmptyDim 11 Oct - 17:16

Ayant retrouvé son équilibre, Eikichi lâcha la chaise et jeta ses yeux océans vers l'obstacle.

Cet obstacle... eh bien, il avait deux bras, deux jambes et une tête, blonde de surcroit. Il parlait et sous-entendait qu'ils s'étaient déjà rencontrés. Vraiment? Le sourcil droit du journaliste s'éleva de quelques imperceptibles millimètres. Son job l'entraînait à croiser une foule de gens. Il se souvenait de nombreux visages, retenait les noms importants mais n'accordait qu'une attention dérisoire aux figurants. Ces dernières années les rencontres étaient de plus en plus nombreuses et de moins en moins intéressantes. Il détestait par-dessus tout parler avec les fans de Kira. Ceux-là même qui l'adulaient bêtement sans réfléchir et portaient des T-shirt débiles à son effigie. Le contraire existait aussi remarquez mais les engueulades se raréfiaient ; Kira foutait les jetons aux casseurs.
Machinalement, il passa une main dans ses cheveux blonds et se gratta le crâne. C'était le big bang dans sa matière grise. Ce type ne lui disait rien... enfin... en vérité, il lui trouvait comme un air de déjà vu... mais qui? Quand? Ces questions là restaient malheureusement sans réponse.
Il se résigna à abandonner la lutte contre sa mémoire ultra sélective pour se parer d'un sourire gêné. Les sourires gênés étaient la meilleure arme de l'être humain dans ce type de situations.

« On se connaît? C'est que des cafés, j'en hante un rayon alors... »

C'était la pure vérité. Et si ce blondinet le connaissait réellement, il devait aussi savoir que pour lui, dire qu'on l'avait vu dans un café, c'était comme avouer d'avoir trouvé ses articles dans un journal. C'était normal, quoi. Pas étonnant du tout. Allons! Qui dans ses contacts ignorait encore l'addiction d'Eikichi pour le café?! Faudrait qu'il soit aveugle... Kira lui-même était au parfum! Ah, mauvais exemple. Kira était omniscient... en théorie en tout cas. Forcément qu'il le savait.
Eikichi se tritura l'esprit sans relâche, sondant le petit homme pour trouver un indice qui le mettrait sur la bonne voie. Et c'est à cet instant seulement qu'il percuta. Mais oui! L'indice était là: petit.

« Nami! s'exclama-t-il, une pointe de surprise dans la voix. Il ne pensait pas revoir un jour ce petit blond au prénom ridiculement féminin. Ça fait une éternité! Tu as beaucoup changé! »
Vestimentairement parlant, surtout. Un peu au niveau du visage, aussi. Eikichi eut un pincement de lèvres en s'interrogeant sur le lendemain de ces changements. Ses opinions avaient-elles évoluées? Lui n'avait pas oublié la position de Nami vis-à-vis de Kira. Mais bizaremment, il était heureux de le retrouver ce garçon qui, l'espérait-il, avait su conserver un certain sens de la critique.
Malgré la joie incontestable que suscitait chez lui ces retrouvailles, le reporter ne put s'empêcher d'en faire trop. Ses lèvres le brûlaient d'impatience. Il n'avait pas cassé les sucettes de Nami depuis près de cinq ans... cinq longues années! Y'avait tant d'événements à évoquer... tant de vannes à rattraper! Aussi souligna-t-il le plus sérieusement du monde:

« Si t'avais grandi d'encore deux centimètres, je t'aurai certainement pas reconnu. »

Cette indispensable remarque formulée, Eikichi calcula que se moquer de Nami maintenant était un peu trop frais et que ses désagréables observations avaient de fortes chances d'encourager sa fuite. Il embraya donc sur une série de questions déplacées comme il les aimait tant.

« Alors qu'est-ce que tu deviens? Tu as une copine? Tu as fini tes études? Tu travailles peut être? Où? C'est bien payé? Allez viens, je te paies un café. »

Non non, cette boisson ne l'avait pas rendu hyperactif.

Grand blond attira mini blond vers la table en terrasse qui se dressait sur leur droite. Vu comme il était poussé à la consommation, Nami devait sûrement regretter de ne pas avoir pris ses jambes à son cou en reconnaissant Eikichi... ce dernier ne lui laissa pas la moindre seconde pour reculer. Il s'assit à la table et croisa les bras en attendant la venue de la serveuse affectée à la terrasse. La jeune femme qui l'avait abordé un peu plutôt, ayant constaté que le porte-parole de Kira n'avait pas quitté les lieux finalement, s'approcha à pas de loup. Elle revint à la charge.

« Euh, excusez-moi... tenta-elle, mais c'était sans compter sur le râle catégorique du journaliste qui braqua sur elle des yeux assassins: N'y pensez même pas. »

Puis il se tourna vers Nami, radieux, et enchaîna comme si de rien n'était:

« Alors? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yamaguchi Nami
Membre de l'OAK
Yamaguchi Nami

Messages : 73
Date d'inscription : 21/08/2009
Localisation : Quelques part à lutter contre la tyrannie.

A la terrasse d'un café [NAMI] Empty
MessageSujet: Re: A la terrasse d'un café [NAMI]   A la terrasse d'un café [NAMI] EmptyMer 14 Oct - 21:02

Nami contempla l’air incertain d’Eikichi pendant qu’il délibérait mentalement pour trouver l’identité de son interlocuteur. C’était assez comique de le voir se torture les méninges ainsi alors qu’apparemment il n’avait aucun souvenir concernant Nami. C’était un peu décevant, vu le plaisir qu’il avait eu à le torturer en l’affublant de surnom ridicules…Bon, probablement que le jeune géni était un peu moins marquant que le journaliste l’avait été. Après tout, selon les circonstances, c’était plutôt normal. Eikichi était devenu le porte-parole de Kira, son visage était dans tous les médias…et Nami avait dû s’intéresser à son cas de très près, étant donné qu’il pourrait éventuellement s’agir d’une avancée vers Kira. Au fond, Nami voyait en Eikichi la même chose que tout le monde : un moyen d’atteindre le nouveau Dieu…cependant, ça n’était pas du tout dans le même but que les autres…

Le journaliste finit par manifester son manque de mémoire à voix haute. Nami haussa les épaules, toujours avec un petit sourire en coin, peut-être en minuscule signe de la victoire qu’il obtenait sur le journaliste? Il s’apprêtait à prendre la parole pour lui rafraichir la mémoire alors qu’il entendit son prénom prononcé à voix haute. Ah! Il s’en était souvenu…c’était plutôt flatteur, en fait…Il avait été marquant, alors?


« Je n’ai pas tant changé que- » il s’interrompit lorsqu’Eikichi fit une allusion assez évidente sur sa taille. Non, Nami n’avait pas vraiment grandit…et le fait que le journaliste mentionne le « encore deux centimètres » était d’autant plus frustrant que Nami AVAIT pris trois centimètres, ce qui n’était néanmoins pas suffisant pour le détacher de la catégorie des petits. À son grand désagrément. Décidément, il savait où appuyer pour faire fâcher Nami. Et il fallait qu’il le fasse dans les trois premières phrases de la conversation! Le petit blond sentit une bouffée de colère monter en lui mais il n’eut pas le temps de répliquer quoi que ce soit qu’Eikichi le bombardait de questions toutes plus indiscrètes les unes que les autres.

« Et bien- » Sur quoi il s’interrompit à nouveau lorsque le grand énergumène l’attrapa pour l’attirer vers une table en annonçant qu’il allait lui payer un café. Nami se laissa mener à la table sans rouspéter, il savait que c’était inutile de résister à ce genre de personne. Décidément, il avait conservé une bonne image mentale d’Eikichi, au niveau du caractère tout particulièrement. Il n’avait pas changé d’une miette.

Nami aperçu du coin de l’œil une jeune femme qui semblait vouloir s’entretenir avec eux. Il lui jeta un regard curieux mais la réplique catégorique d’Eikichi ne laissa aucun doute sur la raison de sa présence…elle voulait poser des questions sur Kira, évidemment. Lorsque la jeune femme fut éloignée et que l’autre blond reporta son attention sur lui, il prit la parole.


« Et bien, ça ne doit pas être facile tous les jours d’être porte-parole, non? » sans négliger la touche de sarcasme dans sa voix. « Ça arrive souvent, j’imagine? » Il ne fallait pas croire que Nami allait rester tout gentil, non plus...lui aussi était resté fidèle à lui-même.


Dernière édition par Yamaguchi Nami le Sam 7 Nov - 13:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dn-revival-v2.forumactif.org
Matsuyama Eikichi
Pro-Kira
Matsuyama Eikichi

Messages : 54
Date d'inscription : 21/08/2009
Localisation : Dans un café, plouf.

A la terrasse d'un café [NAMI] Empty
MessageSujet: Re: A la terrasse d'un café [NAMI]   A la terrasse d'un café [NAMI] EmptyVen 23 Oct - 15:50

Eikichi laissa tomber son dos contre sa chaise, s'étala contre le dossier et détourna ostensiblement son regard de Nami. Les deux hommes (enfin... l'homme et le nain...) ne s'étaient pas vu depuis un siècle et voilà qu'il trouvait le moyen, déjà, de contourner ses questions en abordant un sujet dérangeant! S'il aimait autant parler de Kira et le défendre au fil d'une argumentation solide et bornée, les parasites qui découlaient de ces conversations dérangeaient le reporter au plus au point. Un détail qui n'avait évidement pas échappé à Nami: non, il mettait le doigt en plein dedans.

« Toi, t'es toujours contre Kira hein? »

C'était plus un constat qu'une question. Eikichi ne s'en étonna pas.

« Ces gens qui me planent autour comme des moustiques, ça m'fout en rogne. S'ils faisaient au moins preuve de bon sens... Tu sais qu'on m'a même demandé un autographe de Kira? »

Sa main balaya l'air pour appuyer ses propos, chassant les indésirables invisibles.

Les gens étaient stupides. Ça, Eikichi le savait depuis longtemps... il écrivait chaque jour sur les pires conneries du genre humain qui, inévitablement, se répétaient ; encore encore et encore.
Les horreurs et absurdités mises à la lumière par la presse étaient vite oubliées. L'avertissement avait laissé place au divertissement. Hélas. Hélas, les gens stupides interprétaient les messages de Kira n'importe comment. Ils lui donnaient une mauvaise image. Bon... les hommes comme Nami ne comptaient pas sur ces comiques sans cervelle pour se forger une opinion sur Kira mais le citoyen lambda, oui. Il était assez influençable. Pour lui, Eikichi s'efforçait toujours de transmettre les messages de Kira de manière franche et explicite. Il ne voulait surtout pas avoir l'air d'un gourou ou quelque chose du genre. Il n'était qu'une passerelle entre l'homme et le soit-disant dieu.

« C'est n'importe quoi. Heureusement que j'ai mon pseudonyme, je lui vois enfin une utilité mais j'ai bien peur qu'il ne fasse pas long feu. »

Découvrir l'identité d'une personne n'était pas compliqué. Surtout dans son cas. Tout l'monde savait où bossait Sawada Ikki... il suffisait de s'y rendre et d'attendre, de repérer son visage, de le suivre jusque chez lui puis de diffuser son adresse sur le net. Cette pensée le fit frémir. Recevoir des courriers de fans de Kira dans SA boîte aux lettres... à son appart... quelle horreur! Ca mettrait sa femme en rogne! Heureusement, rien ne venait perturber leur train d'vie pour le moment. C'était étrange d'ailleurs mais agréable. Peut-être n'avait-on pas encore osé le suivre par peur de Kira? Une théorie envisageable. Eikichi reporta ses yeux sur le petit blondinet et les plissa d'un air faussement menaçant. Il pointa un doigt vers lui et lança, avec une indéniable touche d'humour:

« Si c'est toi qui me balance, je te tue. »

Ah-ah ah-ah.

« Et donc, à force d'interviewer des starlettes j'ai du vécu en détournement de conversation. Tu ne m'auras pas comme ça. J'ai posé des questions, j'attends des réponses! »

Le journaliste croisa les mains contre la table et ouvrit grand ses oreilles.
Lorsqu'il avait décidé quelque chose, il n'en démordait pas facilement.

« Études? Copine? Boulot? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yamaguchi Nami
Membre de l'OAK
Yamaguchi Nami

Messages : 73
Date d'inscription : 21/08/2009
Localisation : Quelques part à lutter contre la tyrannie.

A la terrasse d'un café [NAMI] Empty
MessageSujet: Re: A la terrasse d'un café [NAMI]   A la terrasse d'un café [NAMI] EmptySam 7 Nov - 23:18

À sa question, le journaliste commença par lui demander s’il était toujours contre Kira. Nami ne répondit pas mais un sourire qui en disait long étira tout simplement ses lèvres. Il écouta les propos de son interlocuteur avec sérieux et aussi avec une touche d’agacement. Un autographe? D’un tueur en série? Ridicule. Mais si on prenait en considération que c’était aussi quelqu’un que les gens considéraient comme « Dieu », c’était encore plus ridicule, voir aberrant. Le sourire du petit blond se transforma en moue écœurée.

Même si Eikichi avait un lien bien trop important avec Kira pour être blanc comme neige, même si lui-même supportait Kira, Nami le plaignait, en quelque sorte. Il devait se coltiner la bêtise humaine puissance dix tout simplement parce qu’il était le représentant de Kira. Déjà qu’en tant que simple journaliste, le niveau de bêtise devait être assez élevé...Nami n’osait même pas imaginer. Et même son pseudonyme ne pourrait probablement pas le garder indéfiniment des moustiques qui lui tournaient autour...

Le journaliste termina son discours par une plaisanterie. Nami ne pu s’empêcher de sourire, voir même d’éclater de rire.


« - Voyons, pourquoi est-ce que je ferais ça? Je n’en vois absolument pas l’intérêt. »

C’était tout ce qu’il y a de plus vrai. Où était l’intérêt de se mettre Eikichi à dos alors qu’il était tout à son avantage de plutôt le garder à porter de même pour un jour, qui sait, l’utiliser dans son enquête? Bon, Nami n’avait toujours pas trouvé la façon d’aborder le porte-parole de Kira pour le faire adhérer à sa cause...c’était un problème plutôt insoluble, pour l’instant, étant donné qu’il était l’un des pro-Kira les plus logiques de ce monde. Il supportait Kira parce qu’il adhérait à ses idéaux, pas parce qu’il était un mouton sans cervelle.

Eikichi revint cependant en force avec les questions indiscrètes que Nami pensait avoir habillement déjoué. Ça n’était pas vraiment son fort de parler de sa vie privée...surtout avec une personne qui risquait de vraiment la trouver marrante ou bien tout simplement, trouver tous les prétextes imaginables pour s’amuser à ses dépends.


« - Ah je vois qu’on ne peut rien vous cacher.. » fit-il avec un faux air contrit. « Et bien comme vous vous en rappelez peut-être, la première fois que nous nous sommes rencontrés, j’étais en dernière année de lycée et prépa universitaire... » Il se demanda brièvement comment aborder le sujet de ses études sans avoir l’air de se vanter mais ne trouva pas…c’était bien l’embarras d’être un génie! « Hm comment dire, en vérité, je déteste un peu parler de mes études, pas que j’en ai honte mais bon, je déteste me vanter…j’ai terminé mes études universitaires cette année… et maintenant je bosse dans un petit cabinet d’avocat assez réputé. » Il prit une pause. « J’adore le boulot, c’est juste assez occupé et c’est toujours ce que j’ai voulu faire depuis que j’étais jeune. » Termina-t-il en laissant volontairement en suspens la branche « petite copine » de la question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dn-revival-v2.forumactif.org
Matsuyama Eikichi
Pro-Kira
Matsuyama Eikichi

Messages : 54
Date d'inscription : 21/08/2009
Localisation : Dans un café, plouf.

A la terrasse d'un café [NAMI] Empty
MessageSujet: Re: A la terrasse d'un café [NAMI]   A la terrasse d'un café [NAMI] EmptySam 14 Nov - 15:29


« Déjà bouclé tes études? Eh bien, bravo. »

Oh oui c'était du rapide. Les étudiants qui mettaient fin à leur scolarité après plus de dix ans de cours intensifs, assommés par les cours de leurs professeurs, n'étaient pas si rares. Tout portait à croire que le séjour de Nami à la case études n'avait pas duré la moitié du parcours d'un homme normal. Il n'avait pas eut le temps de s'en ennuyer, en somme... mais... il paraissait trop jeune pour devenir avocat! Et les études de droits? N'étaient-elles pas réputées pour leur longueur et leur difficulté? Les dures règles de la réalité ne s'appliquaient visiblement pas à tous... pourquoi?

Était-ce un don? Une chance? Les deux peut-être? En tout cas, son génie le ferait briller dans tout type d'emploi. Le boss de Nami devait être fier de lui. Quel âge avait-il au juste? Dix-neuf ans? Peut-être un peu plus tout de même... mais trop jeune, beaucoup trop... pas étonnant qu'il soit gêné d'en parler. Je veux dire: Eikichi ayant terminé ses études depuis belle lurette et exerçant un emploi stable, il ne se sentait pas concerné par les prouesses d'un gamin. Il les admirait au mieux.
Mais quand Nami en parlait avec les gens de son âge ses capacités devaient attirer beaucoup de jalousie. Tout le monde ne commençait pas aussi proche du sommet.

« Qui mérite son succès gagne bien le droit de s'en vanter. »

Conclut finalement Eikichi en haussant les épaules.

« Avocat... c'est pas un job facile... surtout de nos jours... »

Pas la peine d'être un génie pour comprendre que de nos jours signifiait depuis l'avènement de Kira. Le jugement de ce pseudo dieu surpassait tout le système judiciaire. Lorsqu'il condamnait un criminel... qu'importe le juge, l'avocat ou la prison, la sentence tombait irrémédiablement.
Ça devait être frustrant pour un avocat de voir le prisonnier qu'il avait en charge mourir avant même de pouvoir le défendre. Un peu comme si lui, rédigeait un article déjà paru... sauf que le lancement d'un journal exigeait beaucoup moins de temps que celui d'une procédure judiciaire.
Si Kira demeurait à sa place encore une petite dizaine d'années les métiers du droit finiraient par disparaître. Juger des prisonniers condamnés à mourir dans tous les cas était une perte de temps. On avait beau prôner l'égalité, Kira n'arrêterait pas ses jugements, alors...

Eikichi aurait pu se lancer dans un long débat sur l'utilité de la branche judiciaire mais il préféra s'en abstenir. Si Nami était heureux dans son job alors tant mieux pour lui. Pinailler sur le sujet serait vide de sens. Et puis, le nain d'jardin était certainement au courant des aléas de son choix.

« C'est bien de réaliser ses rêves. Mais ne parle pas comme ça... on croirait entendre vieux en fin d'vie. Tu es encore jeune Nami. »

Si ce blondinet parlait déjà de sa jeunesse comme une époque lointaine, qu'en était-il d'Eikichi? Qu'était-il? Un retraité? Non mais j'te jure... ses trente-trois ans s'en voyaient vexés.
Mais lui aussi avait eut sa part de rêves lorsqu'il était gamin. Sauf que ces rêves étaient un peu plus vieux que ceux de Nami... voir Nami lui-même.

« Quand j'étais gosse, je voulais écrire des romans... c'est pas si loin du journalisme quand on y pense. Sauf que les histoires sont vraies et les héros imposés. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




A la terrasse d'un café [NAMI] Empty
MessageSujet: Re: A la terrasse d'un café [NAMI]   A la terrasse d'un café [NAMI] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
A la terrasse d'un café [NAMI]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...
» Café renversé,aquarium, asticots, moisissures...
» [Foot en Herbe] Le café du mercato en herbe
» Nami.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DN-Revival V2 :: ▪▫ PRÉFECTURE DE TOKYO :: ▬ Restaurants et cafés-
Sauter vers: